MAÎTRE de la CHAPELLE BRACCIOLINI (Actif à Pistoia de 1390 à 1426)

La Vierge et l’Enfant en trône entourés de six anges

Panneau de retable
Peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de bois en tiers point
147 x 84 cm hors tout
134 x 67 cm panneau seul
133 x 74 cm surface picturale

Estimation

30 000 / 40 000 €

Date et lieu de vente

23 mai 2024 - Saint Etienne

Fiche descriptive

Il est probable que cet important panneau, encore inédit, occupait initialement le centre d’un retable, si l’on en juge par la trace de traverse relevée au revers qui devait se prolonger sur des panneaux latéraux actuellement disparus.
La représentation montre la Vierge, tenant une rose dans sa main droite, vêtue d’un large manteau couvrant sa tête et s’ouvrant sur une robe rouge richement ornée. Elle est assise sur un imposant trône dont le socle repose sur un tapis rouge à fleurs dorées et dont le haut dossier, décoré de motifs en damier, est surmonté d’un pinacle gâblé. L’Enfant, debout sur les genoux de la Vierge, bénit de la main droite. Six anges se tiennent debout, trois par trois, de part et d’autre du trône aux pieds duquel deux autres anges thuriféraires sont agenouillés. Tous ces personnages, sont auréolés de nimbes à motifs poinçonnés et vêtus de draperies aux tonalités délicates, rouge, rose, vert et jaune rehaussées de motifs ornementaux dorés.
On rapprochera ce panneau d’un ensemble de fresques conservées dans la chapelle Bracciolini du transept de l’église San Francesco de Pistoia, attribuées à un artiste connu sous son seul nom de convention : le Maître de la chapelle Bracciolini.
Giulia Brunetti la première, a mis en lumière l’œuvre de cet artiste qui travailla principalement à Pistoia à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle (voir G. Brunetti « Gli affreschi della capella Bracciolini in San Francesco a Pistoia » Rivista d’arte, 1935, pp. 221 – 244). Il aura fallu plus d’un demi-siècle pour que la critique complète le catalogue de ce peintre par un nombre conséquent de panneaux peints, œuvres de dévotion ou panneaux de retables (voir A. De Marchi, « Il Maestro della capella Bracciolini e l’avvio del tardogotico a Pistoia » Storia dell’arte, 74, 1992, pp. 5 – 24 ; E. Neri Lusanna et P. Ruschi, « Santa Maria a Ripalta. Aspetti della cultura artistica medievale a Pistoia », 1992, pp. 45 – 48), exécutés jusqu’aux environs de 1426 date de la création du polyptyque de Budapest, dernière œuvre connue du peintre (voir A. De Marchi, op.cit supra, reproduit fig. 21).
C’est sur un fond d’ascendant florentin autour d’Agnolo Gaddi et de Niccolo di Tommaso, mêlé aux influences siennoises présentes dans la cité ou à celles locales d’un Giovanni di Bartolomeo Cristiani ou d’un Antonio Vite, que le Maître de la chapelle Bracciolini s’est formé autour des années 1380. Son style se caractérise par des personnages élancés, d’une stricte élégance, avec une richesse chromatique et un goût prononcé pour l’ornementation dorée et affectant des expressions passives. Cette rigueur stylistique initiale s’estompe à la fin de la carrière du peintre en faveur d’une plus grande souplesse.
Le panneau, ici en question, se fait l’écho des madones de Giovanni di Bartolomeo Cristiani (Maestà, Moscou, Musée Pouchkine, par exemple), mais se distingue par des éléments personnels récurrents que son auteur, le Maître de la chapelle Bracciolini, place dans la composition équilibrée, la stature étirée des personnages à l’expression guindée, la fluidité engourdie des drapés, la délicatesse de l’ornementation des tissus brochés, la persistance des auréoles richement poinçonnées ainsi que le détail des mains aux doigts fuselés et recourbés. On les retrouve dans certains panneaux peints sur bois de ce maître, tel celui de la Madone et l’Enfant, six saints et deux anges (vente Londres Christie’s, 26 Novembre 1965, lot.75 ; cf. Neri Lusanna, op. cit. p. 46, fig. 61), ils reviennent dans les fresques, permettant d’intégrer notre panneau dans le corpus des œuvres de ce peintre, sans doute dans la seconde décennie du XVe siècle, à la même période que les scènes du Mariage de la Vierge ou du Triomphe de Saint Augustin (voir E. Neri Lusanna, op.cit. fig. 49) de l’église San Francesco de Pistoia.

Constat d’état :

Support
Panneau constitué de trois planches de 36,5cm, 12,5cm, et 14,5cm de large assemblées à joints vifs et renforcées sur les bords par une baguette de 4cm de large ; anciennes traces de galeries d’insectes xylophages visibles. Une encoche de 12,5cm de haut a été pratiquée sur toute la largeur du panneau, dans sa partie supérieure, afin de permettre l’insertion d’une traverse placée à contre-fil et fixée par deux clous partiellement visibles.
Couche picturale
Usures dans le fond d’or. La surface picturale présente des soulèvements, usures, restaurations et des repeints (retouches de certains visages, des yeux de l’Enfant, du manteau de la vierge qui a verdi, et des queues d’hermine.) L’ornementation poinçonnée est d’origine.

Maison de vente

HÔTEL DES VENTES DU MARAIS
62, rue des Docteurs Henri et Bernard Muller
42007 Saint-Étienne Cedex 1
Tel : +33 (0)4 77 32 53 12
E-mail : contact@hdvmarais.fr